SOCIAL WATCH PHILIPPINES √ČTUDE DE CAS

Publication_year: 
2009

Caterina Marchioro

Social Watch Philippines (SWP) peut certainement être considéré une expérience nationale de Social Watch réussie. Elle a été établie en 1997, comme partie de Social Watch International (SWI), afin de surveiller et  préconiser le progrès des engagements de gouvernement aux objectifs de développement social conformément au Sommet de Copenhague en 1995. Guidé par un fort, très professionnel et  très dévoué, groupe de personnes, SWP a pu déclencher son mandat d'une façon efficace, devenant un leader reconnu dans  le plaidoyer et le contrôle sur les OMD aux niveaux  locaux, nationaux, régionaux et internationaux.

La force de SWP dérive d'être un grand réseau des plaidoyers dans lesquels différents sujets concernant la pauvreté et le développement social sont représentés.  La relation en profondeur, même si encore reste un peu informelle, parmi les membres de la coalition  montre une excellente occasion pour un développement constant des capacités, non seulement par des formations, mais également par la comparaison de différentes expériences et pratiques parmi les groupes.

Avec son petit et cohésif groupe de convoqués, représentant le corps de prise de décision de la coalition, SWP décide d'une manière efficace et crée des stratégies efficaces. En compatibilité avec ses ressources humaines et financières limitées, SWP fait un grand effort lors des consultations et des réunions d’organisation parmi ses membres aux niveaux nationaux et locaux, en les impliquant dans la définition du cadre de travail, le processus et les stratégies pour leurs activités communes.  

La structure de SWP suit largement la structure internationale de SW, même si sur une échelle plus petite. Il y a un Secrétariat avec un coordinateur et deux personnes en tant que personnel contractuel. Il y a un coordinateur local pour chacune des trois îles principales des Philippines : Luzon, Visayas et Mindanao.

En raison de la quantité croissante d'activités effectuées par SWP et du nombre croissant de membres qui si joignent au réseau, au niveau de Secrétariat plus de ressources et de personnel seraient souhaitables, pour que le Secrétariat lui-même soit capable de donner une plus grands attention et appui aux groupes locaux.

Actuellement, SWP est en cours d'explorer la possibilité d'institutionnaliser le réseau de Social Watch philippin comme entité: les convoqués ont identifié la valeur d'un statut légal principalement pour appliquer directement pour de nouveaux financements. Dans le procédé de formalisation, SWP peut considérer accepter d'autres membres de la coalition dans le corps de prise de décision. Le Secrétariat de SWP prend soin de faire la coordination l'activité de réseau, comme suggéré par les convoqués.

Il y a au moins une consultation nationale chaque année et des consultations régionales (îles de Luzon, de Visayas et de Mindanao) ont lieu tous les deux ans.
Le rapport parmi les membres de la coalition a été harmonieux jusqu'á présent: aucun conflit n'a été éprouvé. SWP consulte ses membres sur le cadre de travail, le processus et les stratégies pour leurs activités communes de plaidoyer: c'est la raison principale pour laquelle ces bonnes relations existent.  

SWP  reçoit ses fonds à travers des Organisations Internationaux : activité d'Oxfam SWP placé par Novib jusqu' à juin 2008; en juin 2007 SWP pouvait obtenir financement à partir du PNUD;  aussi Christian Aid et Friedrich Ebert Stiftung ont offert un partenariat avec SWP. Pendant l'année 2008, SWP a approché d'autres Organisations Internationaux pour un possible appui. SWP ne reçoit pas des fonds directement des membres du réseau même s'ils soutiennent financièrement ses initiatives.

Le fort engagement de SWP dans la recherche a produit une série de données et d'analyse de haute crédibilité concernant le développement, le gouvernement, les politiques fiscales, la pauvreté, etc. Les publications de SWP sont très adéquates au plaidoyer: en utilisant des données basées sur l'évidence empirique et dans un langage accessible et compréhensible par tous, elles donnent un visage humain aux OMD.

Depuis 1996, SWP contribue annuellement au Rapport Global de Social avec un Rapport  Philippin. Une fois que Social Watch International a fourni le thème et les directives du rapport annuel, les convoqués de SWP se réunissent et assignent à un auteur la tâche de préparer une version préliminaire pour le rapport philippin, qui sera ensuite soumis pour des commentaires initiaux aux convoqués. Après cette révision, une deuxième version est distribuée parmi les membres. Une troisième version pourrait être préparée, recueillant d'autres commentaires, et est soumise à SW International pour l'édition.

D'ailleurs, SWP a produit   son propre Rapport National: en 2001 (sur le statut de développement social), en 2003 (sur la surveillance du développement social), en 2005 (sur le statut des OMD) et en 2007 (sur les évaluations à moyen terme des OMD). SWP emploie les rapports Global et de National dans son engagement avec les gouvernements national et local  et avec d'autres agences internationales, aussi bien que dans des campagnes d'information.  

Aux Philippines, les législateurs et leur personnel, académiciens, chercheurs, O.N.G. et étudiants sont les plus intéressés par l'analyse trouvée dans des rapports de SW.

L’ICB (en Philippines est désigné encore également sous le nom du QLI) est  utilisé intensivement par SWP. ICB/QLI sert de mesure alternative au niveau1 de la pauvreté et résume les gains globaux dans le développement humain. Cet index peut être un terme de comparaison pour la situation de pauvreté que le gouvernement philippin prétend mettre en valeur, sur la base de la mesure officielle de pauvreté.  En fait, l'index d’ICB/QLI signale un manque d'amélioration du seuil de pauvreté. La mesure est également très efficace en comparant la situation dans les régions et les provinces à travers le pays; elle parle efficacement au sujet de la disparité et des problèmes liés à l'exclusion.

L'index d’Équité de Genre (IEG) est employé pour contrôler les réussites dans la parité de genre, selon l’OMD 3 (Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes). L’IEG  est particulièrement utile en raison d'un manque de mesure efficace de l’OMD 3 dans le pays.

La construction de capacité des membres des coalitions en ce qui concerne,  le contrôle, la recherche, le rassemblement de données, l'analyse, le lobbying et le plaidoyer est considéré une question clé. De grands efforts sont faits pour organiser au moins une fois tous les ans  des ateliers, des conférences et des formations  adressés aux O.N.G.s, aux  académiciens, aux organismes gouvernementaux législatifs , aux fonctionnaires du gouvernement local et aux médias.

SWP a créé un bon rapport avec les média qui ont été attirés par les questions cruciales élevées par le réseau et les discours courageux des personnalités crédibles soutenus par des analyses révélateurs basées sur la recherche approfondie.

Dans ses activités de lobbying et de plaidoyer au niveau national SWP s'est avéré très efficace comme l’Alternative Budget Initiative (ABI)-  reconnue dans le monde entier comme une des meilleures pratiques dans le plaidoyer de budget - signale.  L'association entre les O.N.G. et le gouvernement local et la participation des académiciens peuvent être considérées des éléments clés dans son succès: à  travers l'analyse du budget proposé par l’Exécutif et la formulation d'un budget alternatif pour les dépenses liées aux OMD, SWP et d’autres partenariats des organisations de la société civile avec des législateurs ont réussit  à des augmentations du budget national pour l'éducation, la santé, l'agriculture et l'environnement.

Grace à l'ABI, groupes de la société civile et leurs partenaires législateurs ont pu réussir à une augmentation de P5.3 milliard au budget national en 2007 pour l'enseignement basique et supérieur  aussi bien que une à augmentations de P6.3 milliard au budget 2008 national pour l'éducation primaire, l’éducation supérieure, la santé, l'agriculture et l'environnement.

Il est remarquable, et il faut les signaler les leçons apprises par SWP dans l'ABI : 

ABI représente une percée dans l'histoire philippine, puisque les médias ont considéré sa campagne comme occasion exceptionnelle pour exposer au publique des informations crédibles sur la façon dont le budget national est fait et quelles sont les implications sur la population

Au niveau local SWP avec le programme de localisation et de contrôle des OMD a réussi à favoriser avec les unités de gouvernement local une planification d’usage du budget basée sur l’évidence  et  en utilisant les OMD comme formule.

Au niveau régional, SWP en tant qu'ancien Secrétariat de Social Watch Asie, a promu le plaidoyer de mesures de développement social combattant la pauvreté, incluant sur les OMD, par l'organisation des réunions et des rendez-vous qui représentent des occasions d'évaluer le statut de développement social régional et de mettre en commun des expériences et des connaissances entre différents pays.

SWP participe activement à l'Assemblée générale de SWI et est membre du Comité de Coordination. La coalition nationale  favorise et utilise les rapports de SWI, l’ICB et l’IEG dans ses activités  de lobbying, de plaidoyer de construction des capacités.

SWP est également actif dans l'arène internationale. Il est souvent invité à participer aux forums globaux de prise de décision sur le développement social où il apporte des recommandations venant de ses initiatives et consultations locales, nationales et régionales.

Bonnes pratiques apprises de la Coalition de Social Watch Philippine:

•  Travailler comme un réseau des O.N.G.s, des CSOs et des individus avec le plaidoyer sur des différents sujets (éducation, santé, environnement, agriculture, droits de l'homme, genre, etc.).
•Consultations/réunions fréquentes parmi les membres du réseau.  Ces  rendez-vous offrent la possibilité de partager l'expérience, recueillent des apports en termes de stratégies qui renforcent le bon rapport et stimulent la coopération.
•  Participation des personnalités des circuits académiques et politiques. Cela aide à donner au réseau un impact important et visibilité.
•  Communications régulières avec le Secrétariat International et le Comité de Coordination.
•  Approche active et négociation avec de nouveaux associés afin de trouver l'aide financière possible pour les activités du réseau.
•  Fort engagement dans la recherche sur des sujets de pauvreté et de développement social qui produit des données et une analyse crédible importante.
•  Utilisation d'une langue accessible et compréhensible dans les publications.
•  Contribution régulière au Rapport Global de SW avec un rapport de pays et la production d'un Rapport National approprié et d'autres publications.
•  L'utilisation étendue des rapports, de l’ICB et de l’IEG dans les campagnes d’information,  ateliers,  conférences, etc.
 •  L'organisation fréquente des conférences spécifiques, les formations, ateliers pour améliorer les compétences des membres de la coalition nationale dans la surveillance, l'analyse et la  recherche, dans les activités de lobbying et de plaidoyer.
•  Engagement et association avec les acteurs principaux de l'arène politique
•  Bon rapport avec des médias.
•  Intégration entre les activités locales, nationales, régionales et internationales.  Connecter le milieu local avec le global donne plus d'efficacité au lobbying et au plaidoyer effectué aux différents niveaux.

 

1 À ce respect, c'est important mentionner que Action pour la Réforme Économique, un des convoqués de SWP, a développé l’index de qualité de vie (QLI), la base du ICB que SWI a adopté en 2004.

Region: 
left