La réalisation des Objectifs de Développement Durable

Aimé Bakila
Coalition Social Watch République Démocratique du Congo (RDC)

Lors du sommet sur le développement durable tenue en septembre 2015 à New York, les 193 Etats membres de l’Organisation des Nations Unies ont adopté officiellement un programme de développement durable intitulé : « Transformer notre monde : Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 »

La République Démocratique du Congo, un des plus grands pays d’Afrique et l’un des Etats membres de l’Organisation des Nations Unies, fait partie des Etats qui ont adopté le programme et qui ont pris les engagements. Ce rapport national alternatif 2020 se produit dans un contexte post électoral. Les élections présidentielles remportées par l’opposition tandis que la coalition de l’ancien régime garde la majorité parlementaire et dirige la quasi-totalité des institutions au niveau central et au niveau des provinces. La situation socioéconomique reste préoccupante. Quelques avancés sont enregistrées dans la traque des groupes négatifs à l’EST du pays et dans l’appareil judiciaire où les intouchables commencent à répondre de leurs actes. La gratuité de l’enseignement de base devient de plus en plus une réalité. Les mouvements de revendication des conditions salariales de différentes corporations professionnelles sont enregistrés. Pendant que le pays s’apprête a déclaré la fin de l’épidémie du virus éboula, le coronavirus se pointe et commence à faire ses preuves au pays avec une économie fragile.

La situation politique/campagne de revendication de l’augmentation de salaire

Avec l’avènement du nouveau Président de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, tous les prisonniers politiques ont été libérés. Ce dernier avait ordonné la fermeture de tous les cachots de fortune de l’Agence Nationale de Renseignement et l’humanisation dudit service. La liberté d’expression observée, la situation politique décrispée. Plusieurs campagnes de revendication de l’augmentation de salaire ont été observé dans la capitale notamment les infirmiers, les médecins non alignés à la prime de risque etc. Toutefois, nous signalons quelques dérapages dans le cadre de l’encadrement de ce mouvement par certains hommes en uniforme.

La situation socioéconomique

La République Démocratique du Congo a une superficie de 2.435.410 Km2 avec une population estimé à 95.784.841 d’habitant, sa densité est de 40,84 habitants par Km2, les femmes représentent 52% de la population totale et les hommes 48%. La RDC est une nation de jeunes et la population de moins de 18 ans représentent 54% de la population totale ; la population urbaine est de 29% tandis que la population rurale est de 71%. Le taux d’accroissement démographique est estimé à 3,3% par an. L’économie congolaise connait une dégradation depuis plusieurs années qui s’est aggravée à partir de 1996 suite aux conflits armées. Cette situation est caractérisé non seulement par un déphasage entre les structures de gestion de l’économie et l’inefficacité de ces dernières mais aussi par la rupture des principes équilibre économique et financier qui se constate par la baisse de la production en générale. Sans oublier la corruption érigée en mode de vie. Nous avons comme conséquence :

  • Le déficit budgétaire consécutif à la baisse de recette publique ;
  • Un endettement public élevé ;
  • Une mauvaise gestion des entreprises publiques ;
  • La mauvaise gouvernance économique

Tout ceci se traduit par une érosion continue du pouvoir d’achat et de niveau de vie précaire de la population. L’économie congolaise reste extractive.

Le revenu réelle par habitant….actuellement le francs congolais se négocie à 1850 pour 10$ US. L’économie de la RDC étant extravertie et fragile, cette situation est exacerbée par la pandémie COVID-19. La RDC appartient au groupe des pays à faible taux d’indice de développement humain(IDH). Quelques indicateurs notamment l’Esperance de vie à la naissance 60,40 ans ; Taux de mortalité infantile 88,62% ; Taux de mortalité 13,27% ;Taux de natalité 43,69% etc.

La lutte contre la corruption, la paix et la justice

La RDC figure parmi les 32 pays les plus corrompus au monde. Les organisations de la société civile de défenses des droits de l’homme notamment l’ACAJ, l’ASADHO, LICOCO, ne cessent de dénoncer plusieurs cas de détournement et de corruption. Au début de cette année 2020, le Président de la République Démocratique du Congo a procédé par la nomination des nouveaux animateurs de l’appareil judiciaire et juste après, la machine des interpellations se déclenche et la population congolaise vit les interpellations suivies des arrestations des personnalités étrangères de grands renommés notamment de le DG de RAW Banque, l’homme d’affaire indien Jammal, le DG de SAFRICAS et les hautes personnalités du pays nous citons : le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, le DG de l’Office des Voiries et Drainages, le DG de l’Office de Route, le DG du Fonds Nationals de Réhabilitation des Routes. A la base, le projet de 100 jours de Chef de l’Etat. Selon certaine source, la liste est longue, l’avenir nous dira plus. Le Chef de l’Etat a pris également l’ordonnance mettant en place la cellule de lutte contre la corruption. Pour ce faire, il a recouru à l’expertise du PNUD. A l’EST de la République, les Forces armées congolaises sont en train de traquer les forces négatives, nous notons des avancées significatives.

L’éducation

La République Démocratique du Congo a adopté l’agenda 2030 pour le développement durable avec comme objectif ambitieux de garantir l’accès de tous à l’éducation de qualité et de promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. En 2015 par le biais de la stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation. Le gouvernement avait projeté la construction d’un système éducative inclusive contribuant efficacement au développement national mais depuis de nombreux années la RDC n’a pas réaliser les objectifs de l’éducation pour tous, La gratuité de l’enseignement primaire et secondaire qui figure dans la constitution depuis 2006 et dans la loi cadre depuis 2014, n’avait jamais été effective jusqu’à 2018 avec un stock de 4,9 million d’enfants non scolarisés et 148.000 enseignants impayés et les parents supportés dans des conditions pénible plus de 73% du financement global de l’école. Le nouveau Président de la République a rendu effective la gratuité de l’enseignement primaire dans l’enseignement publique comme l’exige la constitution de la République en 2019 ; la part des dépenses de l’éducation est passée de 8 à près de 20% du budget 2020 de l’Etat soit un nouveau proche des standards recommandés par l’UNESCO. L’Etat congolais a pris en charge près de 100.000 enseignants nons depuis le mois de janvier 2020.

Le genre

La réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) exige les approches novatrices et intégré, capable de rompre avec le statuquo, notamment quand il s’agit de la promotion de l’égalité de sexe et l’amélioration de la situation de la femme pour l’instauration d’une planète générée 50-50 d’ici 2030. En République Démocratique du Congo, le genre est le plus évocateur car il met en avant les enjeux qui s’offrent à ce pays par l’existence d’un ministère du genre tant qu’au niveau national que provincial. Toutefois, la condition de la femme reste précaire en République Démocratique du Congo. Cela demande des avancées très significatives pour espérer réduire les écarts de représentation entre homme et femme, telle que voulu par la constitution congolaise. Et pourtant les femmes congolaise représentent 52%de la population nationale, malgré cette importance numérique, la femme congolaise est marginalisée dans le processus de développement socioéconomique du pays ; on estime 70 à 80% de la population souffre actuellement de la pauvreté dont la majorité sont les femmes pendant qu’elles sont seules à subvenir aux besoins innombrables des ménages. La crise économique et la rareté des emplois ont exacerbé la discrimination envers les femmes et accentue les inégalités de chance entre les sexes. L’implication des femmes dans la sphère politique et dans la prise de décisions a été très faible depuis plusieurs années. Mais avec l’avènement du nouveau Président de la République Démocratique du Congo, le taux de participation des femmes est passé au gouvernement de 6 à 18%, le gouvernement actuel a atteint le niveau le plus élevé de la participation féminine de l’histoire du pays. Le Président de la République a fait l’approche genre l’un de ses engagements politique prioritaires de son mandat.

Conclusion

La RDC est encore loin d’atteindre ses engagements quand bien même nous observons une volonté de la part des autorités actuelles au pouvoir. Toutefois, il y a des avancées significatives dans l’éducation pour tous. La RDC va bientôt atteindre la barre de 1000 cas corona virus. Nous sommes à 937 cas corona virus et 33 morts.

N.B.

La situation nous créer par le COVID-19, ne nous a pas parmi de bien travailler notre rapport et de terminer tous les sujets  tels que :

  • Santé et le bien être
  • Sécurité alimentaire
  • L’Eau et énergie
  • La lutte contre le changement climatique

Tratados internacionales sobre Derechos Humanos
ABCDEFGH
Convenios OIT
C 87 C 98 C 105 C 100 C 111C 138 C 182
» Ver más


SUSCRIBIRSE A NUESTRO BOLETÍN

Enviar